June 10, 2019 – TORONTO: On December 13, 2018, Parliament adopted Bill C-76, the Elections Modernization Act, which aims to increase transparency of third party and foreign entity involvement in the electoral process. Among a number of sweeping changes to the Canada Election Act, Bill C-76 introduces two significant provisions: (1) new spending and reporting rules for third parties and political parties, and (2) tighter restrictions on political interventions by foreign entities. 

The Act contains many new provisions related to election surveys. What does that mean for survey research firms? The quick answer to the question above is that Bill C-76 will have a minor impact for CRIC members conducting election surveys sponsored by parties not actively involved in organizing and carrying out partisan activities, such as election advertising, rallies and door-to-door canvassing.

An important point to emphasize here is that the Act makes a distinction between a traditional “election survey” and “election surveys conducted by, or caused to be conducted by, a third party[1].” 

If it’s the former – election surveys – survey research firms will need to comply with a few new requirements around transparency and the Voter Contact Registration. For example, calling service providers will now need to keep, for a three-year period, a list of every telephone number called during the election period. As well, sponsors of election surveys will be required to keep published surveys available on a webpage for the entire election period. 

However, if an election survey is conducted or sponsored by a third party engaging in partisan activities, then several new requirements apply to that third party. The test is whether that third party is using the survey results to inform their decisions around partisan activities and advertising. 

While spending rules for third parties and political parties is not new under the old Act, one of the big changes with Bill C-76 is that it extends spending and reporting requirements to cover a “pre-writ” period. For the upcoming federal elections on October 21, this new pre-writ period kicks in on June 30 and ends when the writ is dropped.

Starting June 30, therefore, third parties engaging in partisan activities, advertising, and election surveys will need to register these activities, both during the pre-writ period and once the elections are officially underway. 

C-76 also includes new provisions to counter foreign influence and online disruption in election periods. New provisions prohibit foreign entities from spending any money to influence elections, including the funding of third parties to engage in partisan activities, advertising, or election surveys. For added transparency, the largest online platforms will also be required to maintain registries of political advertisements shown on their platforms.

CRIC members that conduct election surveys should familiarize themselves with the amended Act to get a better understanding of any new requirements —both for themselves and more specifically for the sponsors of their surveys. While there will be a little more onus on research firms than before, the Elections Modernization Act is aligned with industry standards around the transparency of polling and will contribute to a stronger democracy. 

Resources:

 ●   Government of Canada passes Elections Modernization Act

 ●   Statutes of Canada 2018

Election Modernization Act (excerpt   from Bill C-76)

S222(3): Section 349 of the   [Canada Elections] Act is amended by adding the following:

election survey means an election survey that is conducted by, or caused to be conducted by, a third party — a person or group other than a political party that is registered under an Act of a province — during a pre-election period or an election period and whose results the person or   group takes into account

(a) in deciding whether or not to organize and carry out partisan activities or to transmit partisan advertising messages or election advertising messages; or

(b) in their organization and carrying out of those activities or their transmission of those messages.‍

partisan activity means an activity, including canvassing door-to-door, making telephone calls to   electors and organizing rallies, that is carried out by a third party — a person or group other than a political party that is registered under an Act   of a province — and that promotes or opposes a registered party or eligible party or the election of a potential candidate, nomination contestant, candidate or leader of a registered party or eligible party, otherwise than by taking a position on an issue with which any such party or person is   associated. It does not include election advertising, partisan advertising or a fundraising activity.

[1] A third party means a person or group other than a registered political party or association, a candidate or nomination contestant. It can include a business, a union, interest groups, etc.

 

 

Le 10 juin 2019 – TORONTO :  Le 13 décembre 2018, le Parlement a adopté le projet de loi C-76, soit la Loi sur la modernisation des élections, qui a pour but d’améliorer la transparence de la participation des tiers et des entités étrangères au processus électoral. Parmi les changements majeurs proposés dans le projet de loi C-76 à la Loi électorale du Canada, il y a l’ajout de deux dispositions importantes : (1) nouvelles règles en matière de dépenses et de production de rapports pour les tiers et les partis politiques et (2) restrictions plus rigoureuses quant aux interventions politiques effectuées par des entités étrangères. 

La Loi contient plusieurs nouvelles dispositions relativement aux sondages électoraux. Qu’est-ce que cela signifie pour les entreprises de recherche par sondages? Pour répondre rapidement, le projet de loi C-76 aura une faible incidence sur les membres du CRIC qui réalisent des sondages électoraux commandités par des parties qui ne participent pas activement à l’organisation et au déroulement des activités partisanes, comme la publicité électorale, les rassemblements et le porte-à-porte.

Un point important à souligner est que la Loi établit une distinction entre un « sondage électoral » traditionnel et un « sondage électoral qu’un tiers effectue ou fait effectuer »[1]. 

Dans le cas des sondages électoraux, les entreprises de recherche par sondages devront respecter de nouvelles exigences en ce qui concerne la transparence et le registre des communications avec les électeurs. Par exemple, les fournisseurs de service appelant devront conserver, pendant une période de trois ans, une liste des numéros de téléphone composés pendant la période électorale. De plus, les commanditaires de sondages électoraux devront garder les sondages publiés sur une page Web pendant toute la période électorale. 

Cependant, si un sondage électoral est réalisé ou commandité par un tiers participant à des activités partisanes, le tiers doit respecter de nouvelles exigences. Il faut déterminer si le tiers utilise les résultats des sondages pour prendre ses décisions relatives aux activités partisanes et à la publicité électorale. 

Bien que les règles régissant les dépenses des tiers et des partis politiques étaient déjà présentes dans l’ancienne loi, un des grands changements apportés par le projet de loi C-76 est que la portée des exigences relatives aux dépenses et à la production de rapports couvre maintenant la période préélectorale. Pour les élections fédérales du 21 octobre prochain, cette nouvelle période préélectorale commencera le 30 juin et se terminera au dépôt du bref électoral.

Par contre, dès le 30 juin, les tiers participant à des activités partisanes, au processus de publicité électorale et aux sondages électoraux devront enregistrer ces activités, pendant la période préélectorale et lorsque les élections seront officiellement lancées. 

Le projet de loi C-76 comprend aussi de nouvelles dispositions pour lutter contre l’influence et la perturbation en ligne étrangères pendant les périodes électorales. Les nouvelles dispositions interdisent aux entités étrangères d’engager des dépenses pour influencer les élections, notamment le financement des tiers participant à des activités partisanes, au processus de publicité électorale ou aux sondages électoraux. En plus, pour augmenter la transparence, les plus grandes plateformes en ligne devront tenir un registre des publicités politiques qu’elles auront diffusées.

Les membres du CRIC qui effectuent des sondages électoraux doivent se familiariser avec la Loi modifiée afin de bien comprendre les nouvelles exigences, tant pour eux que pour les commanditaires des sondages. Bien que les entreprises de recherche auront un peu plus de responsabilités, la Loi sur la modernisation des élections est axée sur les normes de l’industrie en ce qui concerne la transparence des sondages et permettra de bâtir une démocratie encore plus solide. 

Ressources :

 ●   Le gouvernement du Canada adopte la Loi sur la modernisation des élections

 ●   Lois du Canada 2018

  

Loi sur la modernisation des élections (extrait   du projet de loi C-76)

Paragraphe 222(3) :   L’article 349 de la même loi [Loi sur la modification des élections]   est modifié par adjonction, selon l’ordre alphabétique, de ce qui suit :

sondage électoral  Tout sondage électoral qu’un tiers — personne ou groupe, sauf un parti   politique enregistré en vertu d’une loi provinciale — effectue ou fait effectuer pendant une période préélectorale ou une période électorale et dont les résultats sont pris en compte par ce dernier, selon le cas :

(a) soit dans sa décision d’organiser et de tenir ou non des activités partisanes ou de diffuser ou non des messages de publicité partisane ou des messages de publicité électorale;

(b) soit dans le cadre de l’organisation et de la tenue de telles activités ou de la diffusion de tels messages.‍

activité partisane  Toute activité, notamment le porte-à-porte, les appels téléphoniques aux   électeurs et l’organisation de rassemblements, qui est tenue par un tiers — personne   ou groupe, sauf un parti politique enregistré en vertu d’une loi provinciale — et qui favorise ou contrecarre un parti enregistré ou un parti admissible ou l’élection d’un candidat potentiel, d’un candidat à l’investiture, d’un candidat ou d’un chef de parti enregistré ou de parti admissible autrement que par la prise d’une position sur une question à laquelle le parti ou la personne en cause est associé. La présente définition exclut la publicité électorale, la publicité partisane et toute activité de   financement.

[1] Un tiers signifie une personne ou un groupe autre qu’un parti ou une association politique enregistré(e), qu’un candidat ou qu’un candidat à l’investiture. Cela peut comprendre une entreprise, un syndicat, un groupe d’intérêt, etc.

Au sujet du CRIC  

Le CRIC a pour mandat d’élaborer et d’approuver des normes en matière d’études de marché et des programmes de soutien, d’assurer efficacement la promotion et la défense des intérêts dans le secteur canadien de la recherche et de l’intelligence marketing, de constituer une source d’information pour l’industrie canadienne et de servir de forum pour une action collective de l’industrie. 

Pour obtenir de plus amples renseignements, visitez le site www.canadianresearchinsightscouncil.ca ou communiquez John Tabone à l’adresse john.tabone@canadianresearchinsightscouncil.ca